Le projet d'aéroport à Notre Dame des Landes
Une face du totalitarisme ambiant cramponné à une technologie dépassée

 

Hamon-Martin QuintetNotre-Dame des oiseaux de fer

 

un aéronef de nouvelle génération 

Les terres agricoles de Notre Dame des Landes sont promises à la dévastation pour faire place à une technologie encombrante, gaspilleuse d'énergie, dangereuse et très polluante, et qui devrait être dépassée : l'avion. 

Lire la suite...

 

L'effondrement biologique est là, sous notre nez

 

Considérable perte d'oiseaux communs en seulement 20 ans

 
Travaux du bâtiment menés sans empathie ni discernement,

voire inspirés par la haine du vivant,

destruction frénétique des nids d'hirondelles,

comblement des orifices où nichent les moineaux (1),

dévastation des haies pendant la période de nidification,

exploitation agricole façon Terminator,

pollutions chimiques généralisées,

empoisonnement des jardins,

destruction des sources, des ruisseaux, des mares, des petites zones humides...

De la ville à la campagne, le silence et la mort rodent partout, et l'irresponsabilité n'a jamais été si grande. L'effondrement est d'abord un effondrement de la conscience. 

(1) jusqu'au délire de l'installation de "cache-moineaux" devenu un commerce !
 

 

Il y a 58 ans, Rachel Carson publiait  :

 

Nous y sommes !

 

Le printemps silencieux
Rachel Carson
Livre de Poche

http://fr.wikipedia.org/wiki/Printemps_silencieux

Lire la suite...

le site des écologistes atterrés

 

Celui qui sait la vérité et ne la gueule pas se fait le complice des escrocs et des faussaires

Charles Péguy 

 

dernières nouvelles du front :

Une brève histoire des emballages jetables

 

L'alerte vient maintenant de l'intérieur du système 

Ce bois illegal qui tue notre planète (complément avec les dossiers de SURVIE)

un puissant antidote à la brutale vulgarité de l'époque

Burundi : la dictature fait tirer sur les manifestants

Le 11 janvier a été une imposture

Ce bois illegal qui tue notre planète

De scandale en scandale, les lanceurs d'alerte toujours frappés

Grotte Chauvet et "culture anti-nature"

Le refoulement des réfugiés des crises commanditées depuis ici

La criminalisation des courants migratoires, autre symptôme de la dégradation générale

C'est le Jour de la Terre !

L'erreur première sur la démocratie

L'effondrement biologique s'accélère

Voyage en Chine, film de Zoltan Mayer

BELO MONTE : la France et l'Europe, partenaires de la honte par le biais de leurs entreprises

Le dernier loup, film de Jean-Jacques Annaud

arrestation de militants sénégalais de « Y’en à marre » et burkinabè de «Balai Citoyen» à Kinshasa

Dépenses somptuaires à Radio France : où il est question de Palissandre...

Les baleines régulent aussi le climat

Supers cyclones et changement climatique

Sud Eau Nord Déplacer, documentaire d'Antoine Boutet sur la Chine des grandes destructions

Ces milliards qu’on économise sur le dos des pauvres

L'Enquête film de Vincent Garenq sur l'alerte financière lancée par Denis Robert

Le prix du courage : l'exclusion des lanceurs d’alerte

Le prix à payer, documentaire sur la pompe à phynance mondiale

Des grains empoisonnés par une coop agricole

Culture "anti-nature" jusqu'à la lie : renards et blaireaux en ligne de mire

Le Canada s'affirme comme l'un des premiers destructeurs de la biosphère

Dans les vignes - Chroniques d'une reconversion

Le coût exorbitant des "prix bas"

SIVENS-TESTET : menaces, milices et silences

Réification finale

dévastation de la Chine :  Sud eau Nord déplacer

nouveaux éléments sur la nature écocidaire de la "croissance" chinoise

 

Lire la suite...

 L'eau perdue de Saint Gengoux le Royal

l'engrenage exemplaire de la dégradation du bien commun

par Alain-Claude Galtié

 

Saint Gengoux le Royal est devenu le National au XIXème siècle... J'ai conservé le premier nom, "Saint Gengoux le Royal", pour marquer la différence chronologique presque exacte entre le long temps du respect de l'eau et la courte période de son saccage complet (depuis la réduction du ruisseau à un canal dans la traversée de la cité jusqu'au dernier projet de station d'hydrocarbures dans son lit mineur et la nappe phréatique d'accompagnement).

 

 

«Dans nos pays de l’Europe civilisée où l’homme intervient partout pour modifier la nature à son gré, le petit cours d’eau cesse d’être libre et devient la chose de ses riverains. Ils (...) l’emprisonnent entre des murailles mal construites que le courant démolit; ils en dérivent les eaux vers des bas-fonds où elles séjournent en flaques pestilentielles; ils l’emplissent d’ordures qui devraient servir d’engrais à leurs champs; ils transforment le gai ruisseau en un immonde égout
Histoire d’un ruisseau, Elisée Reclus, 1869

 

 

 

Lire la suite...